Accueil  |  Le programme  |  Racontez-nous votre histoire  |  Contactez-nous    
Information sur les drogues


Galerie des articles

 

 

Les accidents reliés aux produits chimiques et les soins d'urgence :

les conséquences sur la santé du personnel paramédical

Par Anna Law, M.D. et Gerald T. Lionelli

Les travailleurs en soins d'urgence qui interviennent sur les lieux d'un incident relié aux produits chimiques doivent souvent agir rapidement, avec peu ou pas d'information concernant la toxicité des substances impliquées. Bien que des précautions soient généralement prises afin d'éviter les expositions intensives et mortelles aux fumées et vapeurs concentrées, il a été démontré que l'exposition répétée aux produits chimiques, même à de faibles niveaux, peut aussi avoir des effets néfastes sur la santé. Il est donc important que les techniciens ambulanciers, ainsi que les services médicaux d'urgence, reconnaissent les symptômes de contamination à faible niveau et les moyens de les traiter et de les prévenir.

Selon un porte-parole du Département américain du travail, plus de 555 000 produits chimiques sont actuellement en usage. Plusieurs sont spécifiquement conçus pour résister à la décomposition par la chaleur, par la dégradation ou par réaction chimique, et ne peuvent être aisément transformés au point de pouvoir être expulsés du corps humain. Un certain nombre est soluble dans les corps gras et tend à se loger dans les tissus adipeux, un processus connu sous l'appellation bio-concentration. L'exercice, le stress, la fatigue ou les processus métaboliques normaux ont pour effet de libérer ces substances des tissus adipeux vers le sang, ce qui provoque une contamination des organes et des systèmes organiques (les résidus de médicaments ou de drogues s'emmagasinent aussi dans les gras et leur libération peut déclencher un phénomène de " flash-back " ou de réactivation du médicament ou de la drogue).

Les travailleurs en soins d'urgence qui interviennent sur les lieux d'un incident relié aux produits chimiques doivent souvent agir rapidement

Mesures de sécurité

Les experts en sécurité ont suggéré un certain nombre de lignes directrices que le personnel de sauvetage d'urgence devrait suivre afin de réduire la possibilité d'expositions dans le cadre de leur travail. On retrouve, parmi celles-ci, les règles suivantes :

1. Certains types de matériel protecteur devraient, en règle générale, toujours être portés. Lorsqu'il y a un doute sur une substance, la protection la plus complète disponible doit être utilisée. Souvenez-vous que sur les lieux d'un incendie, des gaz toxiques peuvent demeurer présents bien après que la fumée se soit dissipée. Les gaz provoqués par l'ameublement synthétique en flammes sont composés de chlorure d'hydrogène, de cyanure d'hydrogène, de monoxyde de carbone et d'acéoline, lesquels sont nocifs, et certains d'entre eux sont mortels. La vue et l'odorat ne sont pas des moyens suffisants et adéquats pour détecter leur présence et on ne devrait jamais s'y fier.

2. La protection des voies respiratoires est primordiale. L'inhalation permet une entrée directe des matières toxiques vers le flux sanguin, les organes et les systèmes organiques. Une contamination sérieuse peut se produire immédiatement. Les respirateurs ne doivent pas être retirés tant que subsiste un risque de contamination de l'air. Cela signifie que les respirateurs ne doivent pas être retirés avant que les travailleurs ne soient en sécurité hors de la zone contaminée (dans la zone dite de sécurité) et que les vêtements protecteurs n'aient été retirés et conteneurisés. Chaque fois, vérifiez la direction du vent avant de retirer les respirateurs.

protection des voies respiratoires est primordiale

3. Enlevez les vêtements contaminés. Il n'est pas conseillé d'apporter ces vêtements à la maison pour les nettoyer (ceci s'est révélé être une des premières voies par lesquelles le matériel toxique entre au foyer). Le cuir ne peut être entièrement décontaminé : les chaussures, une fois saturées, continueront à exposer celui qui les porte même après qu'elles aient été lavées et séchées.

4. Manger, boire ou fumer sur les lieux affectés constitue une voie supplémentaire par laquelle les toxines peuvent pénétrer dans l'organisme.

5. Si la peau est exposée (spécialement les tissus autour des yeux, de la bouche ou des organes génitaux), il est important de laver et décontaminer rapidement les zones touchées avant toute pénétration des tissus de la peau. L'eau et le savon sont normalement efficaces à cet effet.

6. Si les vêtements contaminés ne sont pas retirés immédiatement de la personne que l'on mène à l'hôpital, les risques d'absorption par les tissus de la peau et par les voies respiratoires est accru, non seulement pour le patient mais aussi par les personnes qui le soignent. La décontamination doit se faire aussitôt que possible après l'exposition.

7. Si le patient doit être transporté alors qu'il porte toujours ses vêtements contaminés, le conducteur et le personnel médical doivent être protégés contre les vapeurs toxiques et l'exposition cutanée.

 

Source : Le journal de l'Association américaine des ambulancier
Mai-Juin 1989 Vol. 9 No. 3

 

// les conséquences sur la santé du personnel paramédical -- suite

 

Copyright© 2011 Narconon Trois-Rivières. Tout droits réservés. Narconon et le logo Narconon sont des marques déposées et une marque de service détenues par l'Association for Better Living and Education (ABLE) et utilisées avec son autorisation.